L’Antiquité en dialogue

Responsables : Aline Estèves (Université Paul Valéry Montpellier 3), Flore Kimmel-Clauzet (Université Paul Valéry Montpellier 3), Thierry Séréno (Lycée Joffre, Montpellier).

Le séminaire Antiquité en dialogue est un séminaire de recherche pédagogique lié à l’IDEFI UM3D de l’UPV. Envisagé dans une perspective décloisonnée et transversale, le séminaire est né d’un désir d’enseignants du secondaire, de classes préparatoires et de l’université, de se rencontrer, de mutualiser des ressources et d’échanger autour de leur conception et de leur pratique de l’enseignement des langues anciennes. Il a pour vocation d’être le lieu d’un travail collectif en lien avec les programmes du secondaire, de classes préparatoires et avec les objets d’étude de licence. Il cherche également à répondre aux enjeux essentiels de l’enseignement des Langues et Cultures de l’Antiquité aujourd’hui.

Le séminaire a lieu deux fois par an, le samedi matin, en juin et en novembre.

  • 7e séance : 23 juin 2018

– LUCIE BELLONE (Lycée Charles Gide, Uzes) : « Lire le début de la bande dessinée de Dufaux et Delaby, Murena, en latin (tome 1) »
Résumé : Il s’agit de plonger les élèves dans la langue latine et des textes latins historiques par une stratégie du détour, en s’appuyant sur des planches de bande dessinée. La séquence a été réalisée en classe de Première, en guise de « respiration » entre deux séquences inscrites dans le programme de façon plus stricte. Le caractère attrayant de l’image et du dialogue, réputés comme « plus faciles » dans l’esprit des élèves, donne lieu à l’étude de « realia », du vocabulaire propre à la bande dessinée pour commenter le travail de Dufaux et Delaby, à une comparaison entre les scènes proposées et les textes sources et à l’exercice plus ludique de la traduction.

– JEAN-LUC LÉVRIER (Lycée Saint-Sernin, Toulouse) : « Dans la boutique du traducteur »
Résumé : Les Tristia d’Ovide ont fait l’objet, cette dernière décennie, de deux traductions : celle de Danièle Robert (Actes Sud, 2006) et celle de Marie Darrieussecq (P.O.L., 2008). Nous y ajoutons la nôtre, parue en novembre 2017 aux éditions Sables. Cela fait beaucoup pour un seul texte ; aussi souhaitions-nous exposer les raisons qui nous ont poussé à traduire les Tristia, ainsi que nos partis pris de traducteur. Mais nous souhaitions aussi – et surtout – donner un exemple de ce qu’a été notre travail de traducteur à partir d’un extrait : l’épitaphe d’Ovide (Tristia, III, 3, 73-76). Cet exposé constitue le compte rendu d’un atelier de traduction auquel étaient associés les élèves de Marie Platon (Classe préparatoire à l’Ecole des Chartes, lycée P. de Fermat, Toulouse). A cette occasion, les élèves ont aussi proposé leurs traductions d’extraits des Tristia.
Présentation de l’atelier du traducteur : http://ovidii-amici.blogspot.com/2018/02/dans-latelier-du-traducteur.html

Compte rendu de la séance d’Antiquité en dialogue du 23 juin 2018

  • 6e séance : deux jours de workshop (16-17 novembre 2017, Université Paul-Valéry Montpellier 3) sur la thématique : « Pourquoi et comment faire lire des textes latins et grecs aujourd’hui ? Pédagogie et didactique de la lecture en langues anciennes : problématiques spécifiques et solutions de remédiation ».

Quel enseignant de langue ancienne, du secondaire à l’enseignement supérieur, n’est pas confronté à la difficulté de faire lire à ses élèves ou étudiants des textes latins et grecs en langue originale ? Le workshop a pour ambition de constituer un laboratoire de réflexion centré sur cette question, en articulant trois modalités d’exploration : des communications scientifiques, des ateliers didactiques, une table-ronde conclusive. En nous fixant des cadres méthodologiques qui respectent les niveaux d’apprentissage et les spécificités de la langue-source (latin ou grec), mais qui envisagent aussi la structuration inter-niveaux de l’apprentissage, du collège à l’enseignement supérieur, nous réfléchirons aux modalités d’enseignement permettant d’amener les apprenants à développer un contact authentique avec les textes, qui soit formateur et efficace, afin qu’ils deviennent des lecteurs confiants et autonomes, capables de comprendre le sens d’un texte et d’en percevoir la richesse littéraire comme l’importance culturelle, sans nécessairement passer par l’étape de la traduction. La lecture sera envisagée comme un mode d’appropriation exigeant des textes, qui s’inscrit dans une démarche réflexive et structurée, mais qui permet aussi de renouer avec le plaisir et l’intérêt pris à la lecture du texte littéraire en langue originale, tout en limitant les erreurs de compréhension littérale.

Compte rendu du workshop sur la lecture des textes latins et grecs (16-17 novembre 2017)

Rappel : vous retrouverez ci-dessous l’affiche, le programme, les présentations des communications et ateliers et le texte de l’appel à communications

affiche_workshop_lecture_VO

programme_workshop_lecture_VO

Résumés des communications scientifiques et ateliers

appel-_workshop_lecturelatingrec

  • 5e séance : 10 juin 2017 :

– Vincent Ramos-Filaire (Collège Fontcarrade de Montpellier, PFA Lettres et numérique) : « Le numérique et les LCA au collège »

– Aline Estèves (MCF Langue et littétature latines – Université Paul Valéry Montpellier 3) : « Constellation culturelle autour des Amazones, une expérimentation pédagogique en licence de Lettres modernes »

Compte-rendu de la séance d’Antiquité en dialogue du 10 juin 2017

  • 4e séance : 19 novembre 2016 :

– Béatrice Bakhouche (UPV) : « Méthode de latin online »

– Aline Vazeux (Collège Marie Curie, Pignan) : « De la salle aux arènes, exploitation pédagogique d’une visite d’Arles »

Compte Rendu de la séance d’Antiquité en dialogue du 19 novembre 2016

  • 3ème séance : 4 juin 2016 :

Marie Platon (Lycées P. de Fermat et Saint-Sernin, CPGE) et Karine Le Peru (Lycée Lapérouse) : « Le projet Desperatae Matronae, une action associant l’usage des TICE et la réalisation de courts-métrages en cours de langues anciennes » (Lycée Lapérouse, Albi).

http://laperouse.entmip.fr/disciplines/latin/desperatae-matronae/

Compte Rendu de la séance d’Antiquité en dialogue du 4 juin 2016

  • 2ème séance : 28 novembre 2015 :

– Th. Séréno (Lycée Joffre, CPGE, Montpellier) : « Projets expérimentaux en lettres classiques : évocation et enjeux »

– Grégory Lamy Scotto (Collège Olibo, St Cyprien) : « Le travail en constellations » (présentation détaillée du projet p. 59-77 de la brochure du PNF Lettres et Numériques 2015: http://eduscol.education.fr/pnf-lettres/IMG/pdf/brochure_2015_rendez-vous_des_lettres.pdf)

Compte Rendu de la séance d’Antiquité en dialogue du 28 novembre 2015

  • 1re séance : 13 juin 2015 :

– Anne Belin et Holger Hildebrandt (Lycée Daudet, CPGE, Nîmes) : « Le latin enseigné comme une langue vivante : adaptation d’une méthode allemande d’enseignement du latin (Latein ganz leicht, Hueber, 2009) »

– Dominique Dessein (Lycée Pompidou, Castelnau-le-Lez) et Flore Kimmel-Clauzet (UPV) : « Un cursus innovant mis en place au lycée Pompidou : le parcours Humanités et Cultures (liaison lycée-Université autour des LCA) ». Mini-site de l’action : http://idefi-um3d.upv.univ-montp3.fr/determination-des-liens-lycees-universite-renforces/les-2-cursus/ , présentation de plusieurs réalisations : https://hal.inria.fr/hal-01277364/document; présentation du projet « Œdipe Roi version polar » : p. 97-105 de la brochure du PNF Lettres et Numériques 2015 : http://eduscol.education.fr/pnf-lettres/IMG/pdf/brochure_2015_rendez-vous_des_lettres.pdf)

Compte Rendu de la séance d’Antiquité en dialogue du 13 juin 2015

Une réflexion au sujet de « L’Antiquité en dialogue »

  1. Ping : Pourquoi et comment faire lire des textes latins et grecs aujourd’hui ? – Arrête ton char

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.